Zebda: le choix de la citoyenneté et de l'humanisme

Quand ma fille de 18 ans m'a fait écouter "Essence ordinaire", elle s'est empressée de dire: "Mais tu ne vas pas aimer"!
Ainsi va le monde: pour affirmer ses différences, son identité, il arrive à chacun de vouloir se déterminer "contre". Et c'est un phénomène bien connu, et nécessaire, chez les adolescents.

Evidemment, dès la première écoute, j'ai beaucoup aimé!

La musique métissée d'abord... et déjà les paroles, dont certaines, même sans vraiment les écouter, parlaient à mon cerveau friand de jeux de mots, d'images fortes et tendres.
Car il y a beaucoup de tendresse pour les gens dans les textes du dernier album de Zebda. Un souffle de profond humanisme, parfois enjolivé et dynamisé par l'humour, qui crée ce juste de distance qui fait dire des choses essentielles et sérieuses sans violence, sans amertume et sans risque d'ennuyer.

Le grand public les avait découverts avec "Le bruit et l'odeur", mais ils ont atteint leur maturité (ce ne sont plus des gamins, déjà, mais des adultes pleins de dynamisme) avec cet album: "Essence ordinaire", dans lequel texte et musique se marient à merveille, et pourraient bien contribuer à réconcilier enfin ceux qui, comme eux "tombés des nues", comme eux coupables de délit de sale gueule, n'ont jamais vraiment été acceptés par une frange trop large de franchouillards trouillards et bornés, les réconcilier donc avec la culture populaire, celle qui se construit certes "contre" et pas à plat ventre devant le "beau" officiel des intellos, mais aussi "avec". Français de souche, immigrés, mêmes oppressions, mêmes combats à mener. Et ça n'avance à rien de casser. Ça soulage, mais après?
Cela, Zebda n'en parle pas trop. Et ils ont raison. Leurs chansons décrivent des dérives pas trop méchantes d'adolescents qui s'ennuient et ne se sentent pas reconnus. Rien de bien grave. On les aime, ces gosses qui traversent les chansons d' "Essence ordinaire".
Même quand ils promettent "une justice avec les chaussures" à ceux qui "tournent dans les autres sphères", on sent bien qu'ils ne sont pas prêts à mettre la menace à exécution, car ils exploreront tous les autres moyens avant d'en arriver à celui-là.
En effet, si Zebda nous rappelle que: "Le respect ne s'est jamais donné, mais pris", il ne tombe pas dans les chausse-trappes de la violence primaire qui fait les choux gras de certains groupes. C'est essentiellement grâce au "Petit Robert", compagnon fidèle de celui qui a conquis sa dignité dêtre humain par les mots.

Il sait le pouvoir des mots, et même de ceux qui, pervers, mis au service de la bête immonde, peuvent permettre de prendre des villes comme à Toulon, Orange, et Marignane ("Tous semble si..."). Il utilise donc lui aussi des mots. Tout en sachant que si ça ne suffit pas, il ne dédaignera pas en venir aux mains...

Chapeau, Magyd!

On souhaite que toi et tes copains puissiez être plus largement entendus partout là où ça ne va pas trop bien, par ces jeunes qui eux aussi, sont nés en France, mais que l'école a tellement désespérés qu'ils ne peuvent pas même s'appuyer sur le Petit Robert.
Ceux-là, ils n'étaient pas nombreux, hélas, à Angoulème, dans la salle de la Nef, à la mi-décembre 1998. Salle bourrée à craquer, mais d'un public plus lycéen ou Ras-le Front que spécifiquement "beur" (au fait "Zebda" signifie "beurre" en arabe!). Il faut espérer qu'il n'est pas encore trop tard pour que les appels à la citoyenneté de Zebda puissent être entendus.

Ils le disent et le chantent: "Motivés, il faut rester motivés..."

Une interview de "Zebda" par le magasine charentais "Sortir" (novembre 1998)


Liens:

Il n'y a pas que Zebda, quand même!... les autres disques que j'aime...

Le site officiellement non-officiel d'un "fan" toulousain du groupe Zebda (Sébastien)

Chez le même Sébastien, une série d'articles de presse


Dominique Couturier, 15 février 1999

Revenir à l'accueil des pages de Domi Mes liens (dont liens anti-facho) Enseignement des langues:
une alternative

 Réflexion sur l'enseignement
des langues... en France
Instits Qui suis-je? La Fédération Internationale
des Mouvements d'Ecole Moderne
(-> sortir de ce site)