Questions d'enfants...

Au début de cette année 199, j'ai reçu quelques quetions de la part des enfants de l'école des Bruyères (Louvain-la neuve, Belgique). Les voici ci-dessous, ainsi que mes réponses.

>Dans le cadre de notre travail en espéranto, voici quelques questions
>que nous posons

>Kassandra :
>Pourquoi l'espéranto n'a-t-il pas abouti ?

Chère Kassandra,
On ne peut pas dire que l'espéranto n'aie pas abouti.
Bien sûr, il n'est pas (pas encore) employé dans les relations officielles, dans les grands organismes internationaux (ONU, UNESCO, Union Européenne...), ni enseigné dans les écoles (à part dans quelques pays comme la Pologne ou la Hongrie...)
Mais un siècle (100 ans) c'est encore vraiment très très jeune pour une langue!!! Si l'on pense que la plupart des gens qui le parlent l'ont appris sans y être obligés, alors c'est au contraire une extraordinaire réussite que tant de gens le comprennent et l'utilisent.
On a l'impression qu'il n'existe pas vraiment parce qu'on n'entend pas beaucoup parler, et qu'il n'est pas enseigné dans les écoles. Pourtant, il ne se passe pas une journée dans le monde sans qu'ait lieu une rencontre, un stage, un congrès en espéranto.
Sur les "news" soc.culture.esperanto de l'internet, il y a parfois plus de 20 affiches par jour. Sur la "Toile" (le "Web"), on trouve des milliers de pages en espéranto ou sur l'espéranto. Tout ça, c'est le signe qu'il vit, même si on ne le remarque pas.
Alors, il est vrai que les journaux, la radio, la télé n'en parlent pas beaucoup, parce que ça ne fait pas sensationnel. L'été dernier, à Montpellier, il y a eu un congrès d'espéranto pendant une semaine. Trois mille personnes de plus de 60 pays sont venues. Les responsables du palais des Congrès de Montpellier (le "Corum") ont dit que c'était le plus gros congrès qu'ils aient jamais reçu. Et pourtant les médias en ont très peu parlé!
C'est bizarre, mais la plupart des gens se méfient de ce qui est nouveau, ils attendent que quelques originaux aient fait la preuve que ça peut marcher pour commencer à y croire.
Pendant longtemps on a dit que les objets plus lourds que l'air ne pourraient jamais voler. Léonard de Vinci avait déjà fait des projets de machines volantes à la Renaissance, mais c'est seulement au début de notre siècle que les avions ont commencé à être utilisés. Tu sais ce que ça donne de nos jours... On ne pourrait plus se passer des avions.
Il a fallu beaucoup de temps aussi pour qu'on accepte l'idée que la Terre est ronde, et qu'elle tourne autour du soleil!
Chaque chose arrive en son temps.
L'espéranto vit et grandit tout doucement, ça lui donne le temps de se fortifier, il ne faut pas être trop pressé.

>Dans quel pays l'espéranto est-il le plus parlé ?

Je ne peux pas répondre à cette question. Il faudrait que je fasse des recherches, et malgré cela je ne serais pas sûre de donner une réponse exacte.
Il faudrait examiner le nombre d'adhérents des associations, ou le nombre de gens qui proposent un logement gratuit aux espérantistes (dans le cadre de Pasporta Servo ou de Amikeca Reto)
Il y a beaucoup de groupes au Brésil, en Europe Centrale.
Il est plus facile de dire où l'espéranto n'est pas encore très répandu: en Afrique, en Asie Mineure et en Inde par exemple.
En Europe, il y a peut-être plus d'espérantophones en Allemagne qu'en Espagne ou au Portugal, mais je ne suis pas sûre.

>Charlie : Combien de personnes parlent l'espéranto ?

On ne sait pas exactement. C'est très difficile de répondre à cette question.
D'abord, c'est très difficile de déterminer ce que c'est que "Savoir parler" une langue! Il y a beaucoup de gens qui pensent "parler" l'anglais, mais qui ne peuvent pas comprendre un film anglais sans lire les sous-titres, ou avoir une vraie conversation avec un Américain.
Pour l'espéranto, on ne peut pas aller compter tous ceux qui le parlent.
Certains l'ont appris par correspondance, d'autres en allant suivre des leçons chaque semaine, ou bien ont fait un stage pendant leurs vacances... enfin il y a aussi ceux qui l'ont appris tous seuls avec des livres et des cassettes (c'est mon cas, grâce au célébre "Assimil"). Comment compter tous ces gens?
Il faudrait demander à des instituts spécialisés de faire un sondage dans tous les pays du monde, et ça coûterait tellement cher qu'aucune association ne pourrait le payer. On ne le fait même pas pour les langues "ordinaires".
On sait quand même que c'est plus que des centaines de mille, probablement entre un et deux millions.
Comment a-t-on compté?
Eh bien il y a des associations dans chaque pays ou presque, et on sait combien de gens y paient leur cotisation. Mais on sait aussi que tous les espérantophones n'adhèrent pas aux associations, seulement un sur 4 ou 10, peut-être... On multiplie donc le nombre de membres connus par 4 ou par 10 (c'est une image, je ne connais pas les chiffres exacts).
Mais il y a aussi des cours d'espéranto à la télévision dans certains pays (la Chine, par exemple). Dans ce cas-là, il faudrait multiplier le nombre des membres d'associations par combien: par 100? Par 1000? Tu vois que ce n'est pas simple...

>Youri : Comment les Chinois , les arabes ... peuvent-ils parler
>l'espéranto ?

Eh bien, comme les autres langues! Ou même mieux...
Il y a bien des Français ou des Belges qui apprennent le chinois, le japonais ou l'arabe. Et des Arabes ou des Chinois qui apprennent le russe, l'allemand, le français...
En fait, n'importe qui peut apprendre n'importe quelle langue plus ou moins vite, à condition de prendre le temps et de ne pas se décourager. Et l'espéranto est plus facile que n'importe quelle autre.
Rappelle-toi:
1) Il s'écrit comme il se prononce. Premier avantage
2) Il a une grammaire très simple et sans exception: la conjugaison peut se retenir très très vite.
3) Il fonctionne parfois comme un jeu de Légos. Beaucoup de mots sont fabriqués d'éléments simples, ce qui soulage la mémoire. Exemple, au lieu d'avoir, comme en français "Cheval, jument, poulain, écurie", on a "c^evalo, c^evalino, c^evalido, c^evalejo"

Ta question est-peut être aussi: "N'est ce pas plus difficile pour eux que pour les Européens, parce que les mots ressemblent moins aux mots de leurs langues?"
C'est vrai qu'ils n'ont pas cette aide que nous avons, de deviner à partir des mots connus ("okulo" à partir d'oculiste, par exemple...) Par contre, pour les raisons que j'ai dites plus haut, c'est quand même beaucoup plus facile pour eux que n'importe quelle autre langue "nationale".
De plus, le chinois fonctionne un peu comme l'espéranto, en mettant ensemble des éléments. Cela ne les dépayse pas!

>Anaïs : Dans quel pays l'esperanto a-t-il commencé à être parlé ?

C'est un Polonais, le Docteur Zamenhof, qui l'a créé à partir de plusieurs langues qu'il connaissait, principalement européennes, mais dès qu'il a publié le premier livre, la première brochure, contenant les bases de la langue, il a eu des tas de correspondants dans plusieurs pays: en Russie, en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne, en Belgique, etc...
Donc, on peut dire que ça a démarré en Pologne, mais très vite ça a pris racine dans plusieurs pays d'Europe.
Un des premiers congrès importants d'espéranto a eu lieu en France, à Boulogne-sur Mer, pas très loin de la Belgique.
A propos du Dr Zamenhof, les Rikikis de Valence ont commencé à lire une BD sur sa vie, et on va essayer de vous en faire un résumé avec des dessins.

>Anaïs et Kassandra :
Dans quel pays l'espéranto a-t-il eu le plus de
>succès ?

C'est difficile de répondre à cette question.
Regardez ma réponse à la question: "Dans quels pays l'espéranto est-il le plus parlé"
Tout ce que je peux vous dire, c'est que parmi les députés du Parlement Européen, ce sont les anglais les plus nombreux à être d'accord avec l'idée d'essayer l'espéranto en Europe. Mais ça ne veut pas dire qu'eux-mêmes l'apprennent. Ils n'ont pas vraiment le temps.

>Joris :
Pourquoi veut-on que tout le monde l'apprenne ?

Mais je ne crois pas qu' "on" veuille que tout le monde l'apprenne!

D'abord, il faudrait déjà savoir qui est "on"... Si tu penses aux responsables politiques, par exemple les ministres de l'Education, eh bien au contraire, ils n'y pensent pas encore, car il faut bien le dire, ils sont très occupés, et ils ne sont pas très au courant.
Ils s'intéressent plus à faire enseigner les langues nationales de leurs voisins, mais surtout l'anglais, qui profite d'un grand prestige, parce qu'il est déjà utilisé depuis longtemps comme moyen de communiquer. Et c'est vrai que pour le moment on ne peut pas s'en passer.

Si tu penses aux espérantistes, eh bien ils ne veulent pas non plus que "tout le monde" l'apprenne.
D'abord, tous les espérantistes n'ont pas forcément la même opinion.

Il y en a qui sont contents d'avoir appris la langue, et qui s'en servent pour voyager, aller voir leurs amis dans les autres pays, correspondre, et qui se fichent complètement de le partager avec plus de gens. Ça leur suffit comme ça, pour eux.

Ensuite, il y a des espérantistes qui trouvent que l'espéranto est si bien, que c'est dommage qu'on ne s'en serve pas plus. Mais ils ne veulent pas obliger "tout le monde" à l'apprendre. On sait bien que les adultes n'ont pas que ça à faire, on ne va pas les faire retourner à l'école!

Non, la plupart des espérantistes pensent que ce serait bien de le **proposer** à tous, dès l'école primaire, mais sans obliger les élèves, les profs ou les familles qui ne le veulent pas. Ce serait déjà un grand progrès.
On le mettrait en concurrence avec les autres langues. Et que la "meilleure" gagne! ;-)
Je plaisante en disant cela. En fait, il n'y a pas de "meilleure" langue, même pas l'anglais. Chaque langue a des qualités.
La qualité de l'espéranto, c'est qu'il s'apprend vite, et qu'il ne défavorise aucun peuple. Comme il est beaucoup plus rigolo et facile que les autres langues, ça finirait par se savoir assez vite, et petit à petit les gens s'y mettraient de plus en plus nombreux.
En fin de compte, plus de gens l'apprendraient, plus ça nous économiserait de temps et d'efforts. Disons que si beaucoup d'élèves l'apprenaient pendant deux ou trois ans, on n'aurait déjà presque plus de problème pour se comprendre d'un pays à l'autre.
Et il resterait beaucoup de temps pour apprendre d'autres langues: l'anglais, l'allemand, le néerlandais, et pourquoi pas le chinois, le swahili, le polonais ou le roumain??...

>Ornella et Tiphanie : Comment dit-on : mannequin, star , danseuse ,
>cavalière, Ronaldo, foot et si un de ces mots n'existe pas, pourquoi ?

D'abord, il faut bien comprendre que si on ne trouve pas un mot dans le dictionnaire, ça ne signifie pas qu'il n'existe pas.
Il y a toutes sortes de dictionnaires, des chers, des moins chers, des gros pour garder à la maison, et des petits pour emporter dans sa poche...
Si tu as cherché dans "Ergane", il est loin d'être terminé, j'y ai beaucoup participé, mais il faudrait au moins doubler ou tripler le nombre de mots qui sont dedans. C'est un travail colossal.
Ensuite, eh bien une langue est vivante, et ce sont les gens qui créent les mots, quand ils en ont besoin.
Par exemple, il y a deux cents ans, le mot "ordinateur" n'existait pas, car l'objet n'existait pas. Quand on a inventé les premiers ordinateurs, les anglophones (probablement les Américains) ont choisi de le nommer "computer", en insistant sur le fait de compter.
Les francophones ont insisté sur le fait de "mettre en ordre, classer" et l'ont nommé "ordinateur"

Tous les mots ne sont pas dans les dictionnaires! Les espérantistes créent des mots, même de l'argot et des gros mots.
Et puis quand un nouveau mot commence à circuler, il y a une Académie qui l'examine pour voir s'il est assez international, et si ça vaut la peine de le mettre dans le dictionnaire

Pour répondre à votre question:
"Mannequin": manekeno
"Star": Stelulino
"Cavalière": Alors là, vous ne me donnez pas assez de précisions, parce qu'il y a "cavalière", celle qui est sur un cheval, ou "cavalière" d'un danseur.
Je suppose que vous pensez au deuxième sens du mot. Dans ce cas, la cavalière, c'est celle qui "danse avec", donc "kundancantino"
Sinon, ce serait "rajdantino"

"Star": c'est un mot anglais, qui s'est imposé dans presque toutes les langues.
Il signifie "étoile", et a le sens de "vedette tellement connue que son nom brille comme une étoile sur toutes les affiches".
Et dans les corps de ballet, à l'Opéra, il y a avait depuis longtemps déjà la "danseuse-étoile"
Donc, on traduit "star" par "stelo" ou mieux, "stelulino" pour une femme, "stelulo" pour un homme.

Au sujet des suffixes -ul et -in, vous pouvez consulter la page des Rikikis
http://freinet/creactif/valence/klubo/gramfr.htm#jeu

Pour la danseuse ce sera "dancistino" si elle est professionnelle, et "dancantino" si c'est juste quelqu'un est en train de danser pour son plaisir.
(voir le suffixe -ist à la même adresse que ci-dessus)

Le foot, c'est comme en anglais: "football"(la balle au pied), donc "piedpilko"

Ronaldo ne se traduit pas, puisque c'est un nom propre et qu'il se prononce pareil en espéranto qu'en brésilien.

Pour Olivier, ce serait Olivje
Dominique, Dominik
Catherine, Katrin
Kassandra, Kasandra
Charlie, S^arli
Anais, Anais
Youri, Juri
Joris, J^oris
Ornella, Ornela
Tiffany Tifani

Au revoir, à bientôt!


Revenir à l'accueil des pages de DomiUne sélection de liens

Liens sur l'espéranto
Sur l'apprentissage
des langues
retour à "Instits" Qui suis-je?La Fédération Internationale
des Mouvements d'Ecole Moderne (->sortir de ce site)

Dominique Couturier